SUMMER SALE - 10% OFF ALL ONLINE CLASSES (From July 20 until Labor Day)!

SUMMER SALE - 10% OFF ALL ONLINE CLASSES (From July 20 until Labor Day)!

Kick off Paris 2024 with our own Little Paris Olympics Opening Ceremony event at Coucou NYC on July 26!

Kick off Paris 2024 with our own Little Paris Olympics Opening Ceremony event at Coucou NYC on July 26!

Paris 2024 Summer Olympics: Between Excitement and Controversy

July 08, 2024   Learning French


The summer edition of our bilingual magazine La Gazette is officially out! Swing by one of our NYC or LA locations to grab your copy. Here’s a sneak peek of the issue…

If you’re looking to improve your French, this article is available in English and in French. Scroll down to read la version française!


How was France able to snag the 2024 Olympic Games? After fighting tooth and nail with London to be the host city in 2012, Paris was finally able to charm the International Olympic Committee in September 2017. Champagne, baguette, macarons… who could resist? France wanted to be the host country for the 2024 Olympics to celebrate the centennial of the 1924 games.

BY Margot tiévant

 

An Exciting Event

Embed from Getty Images

The Paris 2024 Olympic Games will happen from July 26 to August 11 and an additional two weeks will be dedicated to the Paralympic Games, providing a global stage where the finest athletes will compete for the prestigious medals.

Regarding venues, most competitions will take place in Paris and its surrounding region, but other cities such as Lyon, Bordeaux, Saint-Étienne, Marseille, and Nice will also serve as host cities. An interesting note is that although the sport’s called “beach volleyball,” this event will take place on the Champ-de-Mars, instead of the beach. Expect Paris to shine brightly, along with some provincial cities, and even Tahiti for the surfing events.

Embed from Getty Images

In an effort to attract younger crowds, the Paris Olympics will include climbing, skateboarding, and surfing, all already present at the Tokyo Games, with the addition of breakdancing for the first time represented as an Olympic discipline!

During the official announcement of the Paris Olympics, Anne Hidalgo (the Mayor of Paris) and the organizing committee made ambitious promises. They mentioned the possibility of hosting 600,000 spectators at the opening ceremony, including 500,000 free seats, free public transportation throughout the games, swimming events in the Seine, and even a positive impact on the climate. “How amazing!” you might say, so what are the French, who are never satisfied, still complaining about? These grand plans give us the perfect opportunity to use one of my favorite expressions “faire des plans sur la comète,” meaning “to imagine projects that are unlikely to materialize.” Indeed, much of the organizing committee’s initial vision hasn’t yet materialized, leaving some Parisians skeptical about the total fulfillment of the promises that were originally made.

 

Between Excitement and Grumbling à la française

Embed from Getty Images

As France prepares to host the world’s greatest sporting spectacle, the French public’s response oscillates between enthusiasm and characteristic whining and moaning, which is an integral part of our cultural heritage. Let’s be honest, if complaining were an Olympic discipline, the odds of France winning the gold medal would be pretty good.

The massive economic investment that the Olympic Games represent in terms of public resources has sparked criticism, with high costs falling on the shoulders of taxpayers and potential abuses of public funds. It raises questions about the priority given to Olympic expenses compared to other social or infrastructural needs. However, supporters point out the economic benefits such as tourism and accommodation development.

On the environmental front, the destruction of green spaces to make room for Olympic facilities raises growing concerns, with calls for more sustainable planning. Regarding environmental impact, the barge installed on a coral reef in Tahiti for surfing events also raised some eyebrows.

Socially, the Games have the potential to exacerbate gentrification, marginalizing local populations. The transformation of host neighborhoods raises questions about accessibility and equity, particularly with issues of public transportation and disruption of residents’ daily lives. Just head to YouTube to watch the press conference where Valérie Pécresse (President of the Regional Council of Île-de-France) announces the long list of disrupted metro and train stations and adds, “There’s no need to be afraid to walk a little, it’s good for your health” as a consolation prize. You’d think you were watching an SNL sketch!

Security and human rights concerns are raised, notably due to strict security measures that can restrict civil liberties. Debates around the balance between security and individual freedoms highlight the inherent tensions in holding such an event in a democratic context. Additionally, concerns persist regarding the human rights record, particularly concerning the alleged exploitation of migrant workers on the construction sites of the Paris 2024 Olympic Games, leading to calls for measures to protect their rights.

Embed from Getty Images

The choice of opening song and official choreography have stirred up controversy for different reasons. According to the rumors, Franco-Malian artist Aya Nakamura was chosen to sing “L’Hymne à l’Amour” by Édith Piaf at the opening ceremony, which sparked controversy. Some cultural purists (read: the far right) criticized this choice. It is important to note that Mali was a French colony until 1960 and France still maintains a strong economic, cultural, and military presence there. This controversy highlights the acceptance of French colonial history, which is rarely discussed, and the challenges of cultural representation at such a large-scale event.

If it were up to me, I think we should focus our worries on the opening choreography. Will France experience global shame when the dance is revealed to the world? It seems likely, as it already is the subject of ridicule on social media–I’ll let you look it up yourself.

Aya Nakamura is the equivalent of who Édith Piaf was 60 years ago, namely the most popular French singer abroad. She is perfectly in her place at the opening ceremony. The artist who represents France internationally today is Aya Nakamura. Whether you like it or not.” – Olivier Cachin, French RnB specialist

Despite these concerns, it’s hard to deny the excitement brought on by the Olympic Games. Whether you’re a fervent supporter or a grumpy skeptic, the opportunity to see Paris shine under the Olympic spotlight is an experience not to be missed. After all, that’s what it means to be French: complaining a bit, but deep down, being proud to be part of such a prestigious event.

 


Comment la France a-t-elle décroché les Jeux olympiques cette année, vous vous demandez ? Après s’être battue bec et ongle avec Londres pour obtenir les JO de 2012, Paris a enfin séduit le Comité international olympique en septembre 2017. Champagne, fromage, baguette, macarons, comment résister ? La France tenait absolument à obtenir les Jeux olympiques de 2024 pour fêter le centenaire des JO de 1924.

Par Margot tiévant

 

Un événement palpitant

Embed from Getty Images

Les Jeux Olympiques de Paris de 2024 s’étendront du 26 juillet au 11 août et deux semaines supplémentaires seront consacrées aux Jeux Paralympiques, offrant une scène mondiale où les meilleurs athlètes rivaliseront pour décrocher les prestigieuses médailles.

En ce qui concerne les lieux, la majeure partie des compétitions se déroulera à Paris et dans sa région, mais d’autres villes comme Lyon, Bordeaux, Saint-Étienne, Marseille et Nice joueront également le rôle de villes hôtes. Une note intéressante est que, bien que baptisé « beach-volley », ce sport se déroulera sur le Champ-de-Mars plutôt qu’à la plage. Attendez-vous à ce que Paris brille de mille feux, ainsi que certaines villes de province, et même Tahiti pour les épreuves de surf.

Embed from Getty Images

Dans le but d’attirer un public plus jeune, les JO de Paris vont inclure l’escalade, le skateboard et le surf, tous déjà présents aux jeux de Tokyo, avec l’addition du break dance pour la première fois représenté en discipline olympique !

Lors de l’annonce officielle des JO de Paris, Anne Hidalgo (la maire de Paris) et le comité d’organisation ont fait des promesses ambitieuses. Ils ont évoqué la possibilité d’accueillir 600 000 spectateurs à la cérémonie d’ouverture, dont 500 000 places gratuites, la gratuité des transports en commun pendant toute la durée des jeux, des épreuves de natation dans la Seine et même un impact positif sur le climat. « Quelle aubaine ! » me diriez-vous alors, de quoi se plaignent encore les français qui ne sont décidément jamais contents ? Ces plans grandioses nous donnent l’occasion idéale d’utiliser l’une de mes expressions préférées –faire des plans sur la comète–, signifiant « imaginer des projets peu susceptibles de se réaliser ». En effet, une grande partie de la vision initiale du comité d’organisation ne se concrétise pas, laissant certains sceptiques quant à la réalisation totale des promesses faites.

 

Entre excitation et grogne

à la française !

Embed from Getty Images

Alors que la France se prépare à accueillir le plus grand spectacle sportif mondial, les réactions des Français oscillent entre l’enthousiasme et le grognement caractéristique qui fait partie intégrante de notre patrimoine culturel. Soyons honnêtes, si être raleur était une discipline olympique, nos chances de remporter la médaille d’or sont plutôt bonnes.

L’investissement économique massif que les Jeux Olympiques représentent en ressources publiques, suscitent des critiques quant aux coûts élevés supportés par les contribuables et aux abus potentiels de fonds publics. Ils remettent en question la priorité accordée aux dépenses olympiques par rapport à d’autres besoins sociaux ou d’infrastructures. Cependant, leurs partisans soulignent les retombées économiques telles que le tourisme et le développement des hébergements.

Sur le plan environnemental, la destruction d’espaces verts pour faire place aux installations olympiques suscite des inquiétudes croissantes, avec des appels à une planification plus durable. Question impact sur l’environnement, la barge installée sur un récif de corail à Tahiti pour les épreuves de surf soulève aussi quelques sourcils.

Côté social, les Jeux peuvent entraîner une gentrification, marginalisant les populations locales. La transformation de quartiers hôtes soulève des interrogations sur l’accessibilité et l’équité, notamment avec des problèmes de transport public et de perturbation de la vie quotidienne des habitants. N’hésitez pas à chercher sur YouTube la conférence de presse où Valérie Pécresse (Présidente du Conseil régional d’Île-de-France) annonce la longue liste des stations de métro et gares perturbées et ajoute « Il ne faut pas avoir peur de faire un peu de marche, c’est bon pour la santé » comme lot de consolation. On se croirait dans un sketch de SNL !

Les questions de sécurité et de respect des droits de l’homme suscitent des inquiétudes, notamment en raison des mesures de sécurité strictes qui peuvent restreindre les libertés civiles. Les débats autour de l’équilibre entre sécurité et libertés individuelles soulignent les tensions inhérentes à la tenue d’un tel événement dans un contexte démocratique. De plus, des préoccupations persistent quant au bilan en matière de droits de l’homme, notamment concernant l’exploitation présumée de travailleurs migrants sur les chantiers des Jeux Olympiques de Paris 2024, entraînant des appels à prendre des mesures pour protéger leurs droits.

Embed from Getty Images

La chanson d’ouverture et la chorégraphie officielle font tiquer pour des raisons différentes. Selon les rumeurs, l’artiste franco-malienne Aya Nakamura aurait été choisie pour chanter “L’Hymne à l’Amour” d’Édith Piaf à la cérémonie d’ouverture, ce qui fait polémique. Certains puristes culturels (à comprendre: l’extrême droite) ont critiqué ce choix. Il est important de noter que le Mali a été une colonie française jusqu’en 1960 et que la France y maintient encore une forte présence économique, culturelle et militaire. Cette polémique met en lumière l’acceptation de l’histoire coloniale française dont on parle peu et les défis de la représentation culturelle lors un événement d’une telle envergure.

Personnellement, je pense que nous ferions mieux de nous inquiéter de la chorégraphie d’ouverture. La France va-t-elle faire face à une humiliation internationale quand la danse sera révélée au monde entier? Fort probable, c’est déjà la risée des réseaux sociaux, je vous laisse chercher de vous même.

« Aya Nakamura est l’équivalent de ce qu’était Édith Piaf il y a 60 ans, c’est-à-dire la chanteuse française la plus populaire à l’étranger. Elle est tout à fait à sa place dans la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. Celle qui représente la France à l’international aujourd’hui, c’est Aya Nakamura. Que ça plaise ou non. » – Olivier Cachin, spécialiste du RnB français

Malgré ces préoccupations, il est difficile de nier l’excitation que suscitent les Jeux Olympiques. Que vous soyez un fervent supporter ou un sceptique grincheux, l’occasion de voir Paris briller sous les feux de la rampe olympique est une expérience à ne pas manquer. Après tout, c’est ça, être Français : râler un peu, mais au fond, être fier de faire partie d’un événement aussi prestigieux.

 

 

Category: Learning French,Culture,Travel,Sports
Tags: , , , , , ,

Related Posts